Déclaration de la Tendance Socialiste Internationale sur l’offensive raciste en Europe

1. Le Conseil européen du 28 juin a marqué un tournant, potentiellement très dangereux, dans la course raciste contre les migrants en Europe. Suite à l’élection de Donald Trump en Novembre 2016, l’Union Européenne se présentait comme un bastion du libéralisme et de la tolérance face au racisme et au sexisme du nouveau président américain. Lors de ce dernier conseil l’UE a pourtant embrassé l’agenda de Trump contre les migrant-e-s.

2. Trump a provoqué l’indignation lorsqu’il a détenu les enfants de migrant-e-s sans papiers séparément de leurs parents. Mais l’UE a décidé de créer des camps de détention pour des familles entières, le long de ses frontières – appelés “plateformes de débarquement” -. Dans ce plan, un rôle spécial a été attribué à la Libye, un pays dominé par des milices belligérantes prédatrices qui trafiquent, kidnappent et torturent des migrant-e-s. Le Conseil a donné aux garde-côtes libyens un rôle exclusif dans le « sauvetage » des bateaux de réfugié-e-s en Méditerranée.

3. Ces décisions sont une conséquence de l’axe qui s’est développé entre Trump et les gouvernements de l’extrême droite qui se propagent à travers l’Europe – représentés par Viktor Orbán en Hongrie, Sebastian Kurz en collaboration avec le parti nazi FPÖ en Autriche et Matteo Salvini en Italie. Des politicien-ne-s supposément plus modéré-e-s du centre néo-libéral comme Angela Merkel en Allemagne et Emmanuel Macron en France tentent de contenir ces forces en leur faisant des concessions. Cela crée un cercle vicieux qui radicalise les politiques anti-migratoires et qui en réalité renforce l’extrême droite.

4. La montée des partis populistes racistes donne de la force et de la confiance aux vraies forces fascistes. Le succès de la campagne de la Lega lors des récentes élections en Italie s’est traduit par une augmentation des attaques racistes. Trump et l’extrême droite américaine de l’”alt-right” prêtent eux aussi main forte aux fascistes. On le voit dans l’émergence rapide d’un mouvement d’extrême droite dans les rues britanniques autour du Football Lads Alliance (alliance des amis du foot) et Tommy Robinson, embrassés par UKIP.

5. Cette offensive anti-migratoire de l’UE exige d’élever le niveau d’intervention impérialiste en Afrique. L’Italie a fait de grands efforts pour remodeler la Libye depuis la chute de Kadhafi. La France a renforcé son dispositif d’intervention militaire traditionnel dans la région du Sahel. L’Allemagne pousse les gouvernements africains à arrêter le flux migratoire à la source et le Commandement des Etats-Unis pour l’Afrique augmente son empreinte militaire en Afrique subsaharienne, comme le démontre la mort de quatre soldats des forces spéciales américaines au Niger en Octobre dernier lors d’un combat, et les plans d’une base militaire américaine au Ghana.

6. Lors de sa récente réunion, la Tendance Socialiste Internationale a réaffirmé son opposition incessante et absolue à ces politiques :
· Nous sommes pour des frontières ouvertes et nous nous opposons à tout contrôle de l’immigration : Ce ne sont pas les migrant-e-s le problème, mais les patrons, les banquiers et leur système ;

· En même temps, nous cherchons à construire un mouvement antiraciste le plus large possible, unissant tous ceux qui s’opposent à Trump et l’extrême droite et qui défendent les migrant-e-s et les réfugié-e-s ;

· S’inscrivant dans la tradition du Anti-Nazi League (ligue anti-nazie) des années 1970, renouvelée ces dernières années par Keerfa (Mouvement uni-e-s contre le racisme et la menace fsaciste) en Grèce, Aufstehen gegen Rassismus (Débout contre le racisme) en Allemagne, Stand Up to Racism (Débout contre le racisme) et United Against Fascism ( Uni-e-s contre le fascisme) en Grande-Bretagne, Unitat contra el feixisme i el racisme (Unité contre le fascisme et le racisme) en Catalogne, Platform fur eine menschliche Asylpolitik (Plateforme pour une politique d’asile humaine) en Autriche, la Marche des Solidarités en France et par United Against Racism (Uni-e-s contre le racisme) en Irlande, nous aspirons, à travers des mobilisations de masse, à nier aux fascistes la capacité d’agir et de s’organiser et à les chasser de nos rues.

· Nous nous opposons à toute intervention militaire en Afrique et au Moyen-Orient de la part des impérialismes occidentaux et nous demandons le démantèlement de leurs bases militaires dans ces régions.

· Nous saisissons chaque occasion pour construire la solidarité internationale entre les exploité-e-s et les opprimé-e-s du monde. Seule la révolution socialiste peut mettre fin à la souffrance et au conflit causés par le capitalisme.

La coordination de la Tendance Socialiste Internationale
13 juillet 2018

Comments are closed.

-->