Statement by the European Anticapitalist Left

The following statement was produced by a conference of the anticapitalist left in Paris on 16 and 17 October 2010:

English version

Capitalist Europe, the Europe ruled by the European Central Bank, the Maastricht and Lisbon treaties, the Europe of “free and fair competition”, the tool of the offensive of the multinational corporations and their states against workers and peoples, is now in crisis.

All the European governments have widely used public subsidies to save financial system and banks after the subprime crisis in 2007 and 2008. These policies have increased budgetary deficits. All the European governments have imposed their will on Greece and now they use the deficit to impose stringency and austerity to ordinary people. The profits of the banks are higher than ever. But it’s up to workers to pay the bill! The reason for the deficits is very well known and obvious: the scale of subsidies given by states to the bosses and the rich. On one hand they distribute gifts to them; on the other hand, they exempt them from taxes. And in order to raise, finance they borrow money from these people ! So the finances of states are being privatised. The balance sheet is clear: the forecast economic recovery hasn’t happened and everybody can hear the new cracks opening up in their system. Everywhere unemployment is increasing, except partly in Germany. Wages are stagnating or decreasing. Public services are being dismantled and sold off cheaply to private sector. On a worldwide scale, a currency war is raging. A new financial crisis is threatening.

The governments are trying to divert the anger emerging from popular layers of society; they are encouraging xenophobia and racism, linked with laws who refuse to recognise immigrants as citizens at all. In order to divide workers, they refer to immigration – or the Roma in France – as scapegoats. So they pave the way for a new far right populism that is now rising up everywhere. Once more, women are mainly paying for this crisis, the effects of which come on the basis of profound gender inequalities. The threat of unemployment and increased pressure towards “going back to being a housewife”. The decay of public services and the lack of facilities force millions of women into domestic slavery.

The political bankruptcy of the ruling classes and their states is ruining the conditions of living of an endlessly increasing section of the people. It also threatens previously won democratic rights. We need urgently to put an end to this dangerous and destructive approach; unite the working class and its forces; reverse the balance of power; refuse be divided by old fashioned borders. Already the austerity policies being pursued right across Europe have provoked widespread resistance. This has been highest in Greece – above all with the quasi-insurrectionary general strike of 5 May – but in recent months we have seen massive protests in France, the Spanish state, and other countries, and further mass action is in prospect. The first task of the anti-capitalist left must be to build these struggles on as broad and a militant basis as possible, and to seek to ensure that they are not undermined by the efforts of the trade-union bureaucracy and social-democratic politicians to limit and control them. It’s also important to support the calls for the unity of the trade union movement, to help them come into being on a europe-wide level, like on 29 September in Brussels,

The same policies are hitting us; we need to fight them altogether. All together we have to coordinate at the European level in order to popularize emergency measures – social, democratic and ecological measures, which are mandatory if we don’t want to pay for their crisis.

We refuse to pay for their crisis
To get rid of the plague of unemployment and casual work, it is necessary to share work among all workers, to give everyone a job and wages and to impose massive recruitments in public services. Against poverty and inequality, it is necessary to increase all wages and to guarantee everyone the right to enjoy a decent retirement pension. Rights to enjoy housing, health care and education need to be protected by stopping the sabotage of public services. They need to be reinforced, under the control of people. Unity of oppressed and exploited people doesn’t fit with borders and discriminations. All men and women living and working in the territories of Europe are full citizens. Identity papers for everyone! While states are cynically imposing sacrifices to people, they are squandering billions of euros in military expenses and on the war in Afghanistan for the exclusive purpose of defending their imperialist interests. Stop that waste! Stop that dirty war! Stop NATO and military expenses!

The crisis also shows clearly the predatory character of the profit system, by recklessly exploiting natural resources, annihilating peasant agriculture, destroying ecosystems, causing global warming. As never before, justice and self-management, emancipatory projects and a socialist horizon are becoming consubstantial with the environmental struggle.

To fulfill fundamental human needs, it’s necessary to abolish the illegitimate public debt. This means getting to an end with the voluntary submission of governments to the banks and hedge funds. These must be put out of harm’s way by being expropriated in order to socialize credit.

Conquering democracy, rights and the means to decide and control
This break with capitalism requires a growing and sustained mobilisation by millions of people, which raises the consciousness of the power of the working class movement and opens up the conquest of democracy, allowing workers and the people to develop everything needed directly to intervene in the management of society, of workplaces, of public services and local communities.

This break needs a democratic upheaval, a new organization of the people to assure their control of every area of economic social life. This upheaval means a break with the institutions devoted to the defence of the privileged social classes. It also requires – through social and political mobilizations – a government born from the mobilizations, under their control and able to impose respect for workers’ rights.

To make this easier we need to defend the political participation of workers and the demand for unity in the struggles of those forces claiming to be of the working class and of the left against the right and neoliberal policies.

Breaking with a Europe ruled by finance, Building a workers’ and peoples’ EuropeWe want to take a step further on the road of coordinating struggles at a European level. We want to work together and formulate demands and perspectives, and to implement them. We want to open the road to the Europe for the workers and the people we are fighting for, right now.

Our purpose is to prepare the future. Wealth and the means to produce wealth already exist. Unemployment, precarity, poverty and that subsequent trail of social pains and violence are nothing but the consequences of an unfair social organization. This system of exploitation is based on private ownership of the main means of production. The crisis shows every day how absurd it is.

The future belongs to socialism, to social ownership of all the main means of production, whose management already depends on the cooperation of billions of men and women at international scale.

French version

Projet de Déclaration de la conférence anticapitaliste des 16 et 17 octobre à Paris
L’Europe capitaliste, l’Europe de la BCE, des traités de Maastricht et de Lisbonne, de « la concurrence libre et non faussée », instrument de l’offensive des multinationales et de leurs Etats contre les travailleurs et les peuples, est en crise.

Après avoir ouvert largement les fonds publics pour sauver le système financier et les banques suite à la crise des subprimes de 2007-2008 et, ainsi, accentuer les déficits budgétaires, tous les gouvernements d’Europe, après avoir dicter leur volonté à la Grèce, invoquent ces déficits pour imposer à la population rigueur et austérité. Les profits des banques repartent de plus belle, mais ce serait au monde du travail de payer la note.

La cause de ces déficits est connue, évidente, c’est la politique de subvention des Etats en faveur du patronat et des riches. D’une main ils leur distribuent leurs largesses, de l’autre ils les exonèrent de l’impôt. Et, en prime, pour financer le déficit ainsi créé, c’est aux mêmes qu’ils empruntent !

Les finances des Etats sont ainsi privatisées.

Le bilan est clair, la reprise annoncée n’a pas eu lieu et déjà les nouveaux craquements de leur système se font entendre. Le chômage s’accroît partout, sauf pour une part en Allemagne, les salaires stagnent où baissent, les services publics sont démantelés et bradés au privé. A l’échelle internationale la guerre des monnaies fait rage, une nouvelle crise financière menace.

Pour tenter de détourner la colère des classes populaires les gouvernements flattent les préjugés xénophobes et racistes avec des lois qui refusent de reconnaître les immigrés comme des citoyens, cherchent à diviser les travailleurs, désignent l’immigration ou les Roms en France comme des boucs émissaires. Ils font ainsi le lit d’un nouveau populisme d’extrême-droite qui partout progresse.

Une fois de plus, les femmes font largement les frais de cette crise, dont les effets viennent de greffer sur des profondes inégalités de genre. A la précarité généralisée du travail féminin, aux plus bas salaires et aux discriminations s’ajoutent maintenant la menace du chômage et une pression accrue en faveur d’un « retour au foyer ». La dégradation des services publics et la pénurie des équipements vouent des millions de femmes à l’esclavage domestique.

La faillite de la politique des classes dominantes et de leurs Etats ruine les conditions de vie d’une fraction sans cesse croissante de la population, elle menace aussi les droits démocratiques conquis par elle. Il y a urgence à mettre un coup d’arrêt à cette fuite en avant dangereuse et destructrice, à unir les forces du monde du travail pour inverser le rapport de force sans nous laisser divisés par des frontières dépassées.

Déjà, les politiques d’austérité engagées à travers toute l’Europe ont provoqué une large résistance. Le moment le plus fort a eu lieu en Grèce – en particulier avec la grève quasi insurrectionnelle du 5 mai- mais les derniers mois ont vu des protestations de masses, en France, dans l’Etat espagnol et dans d’autres pays, d’autres sont à venir. La première tâche de la gauche anticapitaliste est de construire ces luttes sur la base la plus large et la plus militante possible et de chercher à s’assurer qu’elles ne soient pas sapées par les tentatives de la bureaucratie syndicale et les politiciens sociaux-démocrates pour les limiter et les contrôler. Il est également important de soutenir les appels d’unité syndicale, de favoriser qu’ils se fassent à l’échelle européenne comme le 29 septembre à Bruxelles.

C’est la même politique qui nous frappe, c’est ensemble qu’il nous faut la combattre, c’est ensemble qu’il nous faut nous coordonner au niveau de l’Europe pour populariser les mesures d’urgence sociale, démocratique, écologique indispensables pour que nous ne fassions pas les frais de leur crise.

Refuser de payer les frais de leur crise
Pour en finir avec le fléau du chômage et de la précarité, il faut répartir le travail entre tous pour garantir à chacun un emploi et un salaire, imposer l’embauche massive dans les services publics.

Contre la pauvreté et les inégalités, revaloriser l’ensemble des salaires, garantir le droit à une retraite digne.

Le droit au logement, à la santé, à l’éducation passe par l’arrêt du sabotage des services publics et leur renforcement, sous le contrôle de la population.

L’unité des exploitées et des opprimés ne connaît ni les frontières ni les discriminations, toutes celles et ceux qui vivent et travaillent sur les territoires de l’Europe sont des citoyens à part entière, des papiers pour tous !

Pendant que les Etats imposent cyniquement des sacrifices à la population ils engloutissent des milliards dans les dépenses d’armement et la guerre en Afghanistan dans le seul but de défendre leurs intérêts impérialistes. Il faut en finir avec ce gaspillage, mettre fin à cette sale guerre. Il faut en finir avec l’OTAN et les dépenses militaires

La crise met aussi en lumière le caractère prédateur du système de profit, à coup d’exploitation sans frein des ressources naturelles, d’anéantissement de l’agriculture paysanne, de destruction des écosystèmes et du réchauffement de la planète. Comme jamais dans le passé, justice et autogestion, projets émancipateurs et horizon socialiste deviennent consubstantiels du combat écologiste.

Pour satisfaire ces exigences populaires fondamentales, il faut annuler la dette publique illégitime, c’est-à-dire en finir avec la soumission volontaire des gouvernements aux banques et aux fonds de placement financier. Il faut mettre ces derniers hors d’état de nuire en les expropriant pour socialiser complètement le crédit.

Conquérir la démocratie, le droit et les moyens de décider et contrôler
Cette rupture avec le capitalisme nécessite une mobilisation croissante et soutenue de millions de personnes, qui élève la conscience de la puissance du mouvement ouvrier et ouvre la conquête d’une démocratie permettant aux travailleurs et à la population de développer tout ce qui leur permet d’intervenir directement dans la gestion de la société, dans les entreprises, les services publics, les collectivités publiques.

Elle nécessite un bouleversement démocratique, l’organisation de la population pour qu’elle soit en mesure d’assurer son contrôle à tous les niveaux de la vie économique et sociale. Ce bouleversement signifie une rupture avec des institutions vouées à la défense des classes privilégiées, la mise en place à travers les mobilisations sociales et politiques qui naîtront de l’approfondissement de la crise, d’un gouvernement issu de ces mobilisations, placé sous leur contrôle, capable d’imposer le respect des droits du monde du travail. Pour faciliter cela, il faut défendre la participation politique des travailleurs/ses et l’exigence d’unité dans les luttes des forces qui se réclament ouvrières et de gauche contre la droite et le programmes néolibéraux.
Rompre avec l’Europe des financiers, construire l’Europe des travailleurs et des peuples
Nous voulons avancer dans la voie de la coordination des luttes à l’échelle européenne, travailler ensemble à en formuler les exigences et les perspectives, les mettre en œuvre pour, dés maintenant ouvrir la voie vers cette Europe des travailleurs et des peuples que nous voulons..

Il s’agit dès aujourd’hui de préparer l’avenir. Les richesses et les moyens de les produire existent. Le chômage, la précarité, la misère et le cortège de souffrances et de violences sociales qui en résultent ne sont que la conséquence d’une organisation sociale injuste, un système d’exploitation qui se perpétue sur la base de la propriété privée capitaliste, dont la crise met au grand jour l’absurdité.

L’avenir appartient au socialisme, à l’appropriation sociale de tous les grands moyens de production, dont le fonctionnement est d’ores et déjà basé sur la coopération de milliards de femmes et d’hommes à l’échelle internationale.

Comments are closed.

-->